Visites, financement : le Front national et la Russie, une idylle qui dure

A quelques jours du second tour de la présidentielle, le Front national peut déjà se targuer d’une campagne plutôt réussie : le parti fondé par Jean-Marie Le Pen a franchi, pour la deuxième fois de son histoire, le cap du premier tour de l’élection reine en France. Un succès qui repose notamment sur le financement d’une campagne… par la Russie. Le pays, « ami » de longue date du clan Le Pen, a toujours répondu présent, y compris financièrement, en échange d’un soutien régulier à ses vues.

Dans un contexte politique français plus volontiers atlantiste, le soutien sans faille du FN à la Russie tranche. Il s’agit d’ailleurs du seul parti français à s’être publiquement félicité du rattachement de la Crimée à la Russie au terme d’une intervention militaire, puis d’un référendum déclaré « invalide » par l’Organisation des nations unies (ONU), le 27 mars 2014. Mais cette idylle est loin d’être récente.

En février 1996, Jean-Marie Le Pen était présent à Moscou pour soutenir le leader de l’extrême droite russe, Vladimir Jirinovski. Ce dernier lançait sa campagne électorale pour la présidentielle par la célébration, en présence de nombreux militants, de ses noces d’argent. L’occasion pour Jean-Marie Le Pen de proposer une union, politique celle-ci, aux militants russes : « Patriotes de tous les pays, unissez-vous ! »

Visites régulières à Moscou

Le président du FN réitère ce projet politique en 2005. Lors d’une visite à Moscou, il appelle ainsi de ses vœux la création d’un « espace boréal (…) chrétien, humaniste, au niveau de vie plus haut qu’ailleurs », de l’Europe de l’Ouest à la Russie et à la Biélorussie. Un projet également présent dans le programme de la nouvelle présidente du Front national en 2011,pull philipp plein noir, avec la création d’une Union paneuropéenne avec la Russie et la Suisse, mais sans la Turquie, et la création d’un axe Paris-Berlin-Moscou.

A partir de 2012, les visites des cadres du parti à Moscou se font régulières et de plus en plus officielles. Lors de sa première visite en Russie, en juin 2013, Marine Le Pen est reçue par Sergueï Narychkine, le président de la Douma,veste crocodile philipp plein, la chambre basse du Parlement russe, et par Alexeï Pouchkov, qui dirige le comité des affaires internationales de cette même chambre. Ses visites suivantes, en avril 2014 et en mai 2015, seront accueillies avec autant de solennité que la première. Le 24 mars, à moins de quatre semaines du premier tour de l’élection présidentielle, la constance de la présidente du Front national est finalement récompensée : elle est reçue officiellement par Vladimir Poutine.

Des visites en Russie qui s’accompagnent d’un rapprochement à Paris. Le 12 juin 2014,philipp plein contrefacon, Alexandre Orlov, l’ambassadeur de Russie en France, reçoit de manière officielle Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen lors d’une réception donnée à l’ambassade pour célébrer la fête nationale russe, d’après les informations de L’Obs.

#container_14933924378{

padding:5px 5px 0px 10px;

width:100%;

background-color:#f5f6f8;

}

#graphe_14933924378{

height:500px;

}

#container_14933924378 .titre{

position:relative;margin: 10px 0;

font-size: 1.5rem;

font-family: "Helvetica Neue", Helvetica,buy philipp plein, Arial, FreeSans, sans-serif;

font-weight: bold;

position: relative;

}

#container_14933924378 .subtitle{

display:block;

margin: 10px 0;

font-size: 1.3rem;

}

.highcharts-tooltip span {

height: auto;

min-width: 170px;

z-index: 9998!important;

overflow: auto;

opacity: 1,avis philipp plein;

white-space: normal !important;

}

#container_14933924378.highcharts-xaxis-labels text

{

font-size: 10px!important;

}

#container_14933924378.highcharts-legend-item text

{

font-size: 11px!important;

}

.tooltiplarge {

width: 230px;

}

#container_14933924378 .credits{

text-align: right;

margin-right: 5px;

padding-bottom: 5px;

}

Les cadres du FN et du Rassemblement Bleu Marine se rendent régulièrement en Russie et dans les territoires ukrainiens annexés par la Russie

Visites effectuées par les cadres du Front national et du Rassemblement Bleu Marine en Russie et dans les territoires ukrainiens annexés par la Russie, signalées dans la presse.

Les contacts entre le FN et le pouvoir russe ne se limitent cependant pas à celle des personnalités médiatiques du parti. En les listant, on trouve des russophiles de longue date, comme le « géopolitologue » Aymeric Chauprade, député européen encarté au FN de 2013 à novembre 2015, ou Jean-Luc Schaffhauser, député européen membre du Rassemblement bleu marine ayant vécu en Russie. Mais on trouve aussi des profils plus atypiques, comme Bernard Monot, député européen FN et « stratège économique » du parti, chargé de lever des fonds auprès des banques, présent à Moscou en mars 2016.

De proches conseillers de Marine Le Pen font également le déplacement, comme son directeur de campagne Nicolas Lesage au Donbass en octobre 2014, son ancien conseiller officieux Emmanuel Leroy, également en Ukraine, en mai 2015 ou l’ancien dirigeant du GUD et ami de Marine Le Pen Philippe Péninque.

« Il faudra remercier les Français d’une manière ou d’une autre »

Ces visites de courtoisie dans les territoires ukrainiens occupés par la Russie – six depuis l’annexion en mars 2014 – ont été particulièrement appréciées par le pouvoir russe, tout comme les prises de parole de Marine Le Pen. Pour la présidente du FN, les résultats du référendum en Crimée sur un rattachement à la Russie sont « sans contestation possible ».

Une loyauté sans faille, que la Russie compte bien récompenser. Une enquête publiée sur le site d’information Mediapart en avril 2015 a dévoilé des SMS échangés entre un responsable du Kremlin et un proche de Vladimir Poutine, afin de récompenser le soutien du parti de Marine Le Pen lors de la crise de Crimée.

Peu de temps après,cheap philipp plein, en avril 2014, Cotelec, le microparti présidé par Jean-Marie Le Pen servant au financement des campagnes du FN, reçoit un prêt de 2 millions d’euros de Vernonsia Holdings Ltd. Cette société, chypriote, est alimentée par des fonds russes et gérée par un ancien du KGB, selon Mediapart. En septembre 2014, c’est le FN qui reçoit directement un prêt de 9 millions d’euros de la First Czech Russian Bank (FCRB), dont le siège est à Moscou.

Interrogé par Le Monde en septembre 2016, le politologue Jean-Yves Camus, directeur de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès, estime que « c’est parce que dans certains cercles proches du pouvoir on a compris que le FN voyait la Russie de Vladimir Poutine comme un modèle sociétal et un allié stratégique qu’il est possible qu’il bénéficie de cette aide ».

Marine Le Pen, elle, réfute les liens entre les positions du FN vis-à-vis de la Russie et le prêt de la FCRB. « Les banques françaises ne prêtent pas », affirmait-elle en novembre 2014, ce qui obligerait le parti d’extrême droite à se tourner vers des financements à l’étranger.

Les banques russes dans l’impossibilité de prêter

Pour la campagne de 2017, Wallerand de Saint-Just, le trésorier du FN, ne pourra pas se tourner de nouveau vers la FCRB, comme il l’avait envisagé en février 2016 dans une interview à L’Obs. En juillet 2016, la banque s’est vu retirer sa licence par la Banque centrale de Russie et a été placée sous l’autorité d’une administration temporaire à cause de son manque de capital.

Peu avant de faire faillite, la FCRB a revendu la créance du Front national à une petite société, Conti, spécialisée dans la « location de voitures et de matériel », d’après les informations de Mediapart. Concrètement, cela signifie que cette dernière société est supposée toucher les intérêts versés par le parti d’extrême droite et qu’elle décidera, si elle ne revend pas la créance d’ici là, de récupérer ou non le capital de départ prêté par la FCRB.

Dans le cas où le capital ne serait pas récupéré par les créanciers au terme du contrat, le prêt se transformerait dans les faits en don (égal au montant du capital prêté, moins les intérêts payés). Un don qui, libellé contractuellement comme un prêt, ne serait donc pas soumis aux limitations légales concernant le financement des partis politiques.

En France, depuis le 19 janvier 1995, tout lien financier entre personnes morales et acteurs de la vie politique est proscrit : entreprises, associations, fondations, syndicats et collectivités locales ne peuvent plus accorder d’aide aux partis, ni aux candidats. Seuls les partis politiques peuvent se faire des dons entre eux. Les individus peuvent eux donner jusqu’à 7 500 euros par an.

La FCRB dans l’impossibilité de prêter de nouveau au Front national, le parti d’extrême a dû faire appel à d’autres prêteurs. Le FN se serait de nouveau tourné vers une banque russe, la Strategy Bank, selon Mediapart. Le site d’information a publié un document daté du 15 juin 2016 détaillant le « projet de prêt à accorder au Front national par la banque Strategy Bank » : 3 millions d’euros au taux d’intérêt de 6 %. Le bureau exécutif du FN aurait voté à l’unanimité les pleins pouvoirs à Wallerand de Saint-Just « pour signer le contrat de prêt ainsi que tous autres documents nécessaires à l’obtention du crédit aux conditions susmentionnées ainsi que pour effectuer toutes formalités administratives ou juridiques appropriées ». Un projet qui, selon le trésorier du Front national interrogé par Mediapart, « n’a eu aucune suite ».

Peu après la signature du projet de prêt par Marine Le Pen, la Strategy Bank connaissait le même sort que la FCRB : la perte de sa licence en juillet 2016, puis la faillite en octobre 2016. Une prédilection du FN pour des organismes prêteurs en mauvaise santé financière qui interroge.

Jean-Marie Le Pen au secours de la candidate du FN

En second lieu, le FN s’est tourné vers Jean-Marie Le Pen. Malgré la brouille entre Marine Le Pen et son père, ce dernier a accordé en 2016 un prêt au FN de 6 millions d’euros via son microparti Cotelec. Une somme qui ne suffira cependant pas à couvrir les 27 millions d’euros nécessaires pour mener la campagne pour l’élection présidentielle et les élections législatives.

A défaut des financements russes, le FN pourrait se tourner vers d’autres horizons, moins consensuels en interne, comme les Emirats arabes unis. En 2014,lunette de soleil philipp plein, Jean-Luc Schaffhauser s’y était rendu en 2014 pour négocier avec une banque d’Abou Dhabi. A l’époque, cette solution avait été abandonnée au profit du prêt de la FCRB, évitant ainsi un débat houleux au sein du parti d’extrême droite. Interrogé par Mediapart en octobre 2016, Bernard Monot affirmait ainsi au sujet d’éventuels emprunts aux Emirats : « Pour moi, c’est niet. »

Mise à jour le 2 mai : article enrichi avec les nouveaux éléments concernant la faillite de la First Czech Russian Bank (FCRB) et le « projet de prêt » de la Strategy Bank. Contacté par « Le Monde », le trésorier du FN n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Laura Motet

Journaliste au Monde